fesse


fesse

fesse [ fɛs ] n. f.
• 1360; lat. pop. fissa « fente », de findere « fendre »
1Chacune des deux parties charnues (musculo-adipeuses) de la région postérieure du bassin, dans l'espèce humaine et chez certains mammifères. (Dans l'usage courant) Les fesses. 1. fessier, postérieur; fam. et arg. cul, 2. meule, miche; -pyge. Avoir de belles fesses ( callipyge) , de grosses fesses ( stéatopyge) . Une bonne paire de fesses. Fesses hautes, basses; rondes, fam. en goutte d'huile. Pantalon qui moule les fesses. Jupe lustrée aux fesses. Série de coups sur les fesses. fessée.
Loc. fam. Donner (à qqn) un coup de pied aux fesses. Mettre, appliquer, flanquer (à qqn) son pied aux fesses. À grands coups de pied aux fesses; fig. avec énergie, pour expulser, etc. Botter les fesses à qqn, de qqn. Gare à tes fesses ! (menace de fessée). — Poser ses fesses : s'asseoir, se reposer. Être assis sur le bout des fesses, inconfortablement, par gêne, etc. Se retrouver sur les fesses : tomber assis. Fig. Il en est resté sur les fesses, ahuri (cf. Sur le cul). — Pousse, gare tes fesses : pousse-toi. Serrer les fesses (de peur). Vieilli N'y aller que d'une fesse : agir avec réticence. — Montrer ses fesses : se produire nu dans un spectacle; être tout nu. — Avoir qqn aux fesses, derrière soi (avec l'idée de poursuite). Il a les flics aux fesses. Avoir le feu aux fesses : être pressé (cf. Au cul). Avoir eu chaud aux fesses : avoir eu peur d'un danger pressant. — Occupe-toi de tes fesses : occupe-toi de tes affaires (cf. Occupe-toi de tes oignons). — Coûter la peau des fesses. (Valeur dépréciative) De mes fesses : sans valeur (cf. De mon cul, de mes deux). Va donc, intellectuel de mes fesses !
(Contexte sexuel) Se faire pincer les fesses ( pince-fesses) . Les fesses, la fesse : la sexualité, l'amour physique. ⇒ cul. Une affaire de fesses. Il y a de la fesse, des femmes, des partenaires sexuelles possibles.
2(1736) Mar. Partie arrondie de la voûte d'un navire formant la transition de la voûte à la muraille.
⊗ HOM. Fèces.

fesse nom féminin (latin populaire fissa, du latin classique fissum, fente, de findere, fendre) Partie postérieure, charnue de la hanche, entre la cuisse et le tronc de l'homme et de certains animaux. Partie du vêtement correspondant à cette partie du corps. Familier. Cette partie du corps considérée par rapport aux coups qu'on peut y porter : Botter les fesses de quelqu'un. Chacune des parties arrondies de l'arrière des anciens navires en bois. ● fesse (expressions) nom féminin (latin populaire fissa, du latin classique fissum, fente, de findere, fendre) Familier. Attraper quelqu'un par la peau des fesses, le saisir au moment où il s'enfuit. Familier. Avoir quelqu'un aux fesses, être poursuivi, recherché par lui. Familier. Avoir chaud aux fesses, être poursuivi de près ; avoir peur. Populaire. Histoire de fesses, histoire de coucherie, de sexualité. Populaire. Poser ses fesses quelque part, s'y asseoir. Familier. Serrer les fesses, avoir peur. ● fesse (homonymes) nom féminin (latin populaire fissa, du latin classique fissum, fente, de findere, fendre) fèces nom féminin plurielfesse (synonymes) nom féminin (latin populaire fissa, du latin classique fissum, fente, de findere, fendre) Partie postérieure, charnue de la hanche, entre la cuisse et...
Synonymes :
- derrière
- fessier (familier)
- popotin (populaire)
- postérieur
- séant
- siège

fesse
n. f. Chacune des deux parties charnues qui forment le derrière de l'homme et de certains animaux.

⇒FESSE, subst. fém.
Souvent au plur.
A.— [Chez l'être humain]
1. Chacune des deux éminences charnues formées de tissus musculo-adipeux situées au-dessous et en arrière de la crête iliaque.
a) [En emploi libre] Fesses maigres, musclées; gras de la fesse. Synon. du plur. croupe (fam.), cul (vulg.), derrière (fam.) fessier, miches (vulg.). Les fesses fermes et en pointe de l'adolescence sont dues à un tissu graisseux dense et résistant (RICHER, Nouv. anat. artist., t. 2, 1920, p. 77). La mère, chaque fois qu'elle soulève une fesse pour se défatiguer de la station assise, en profite pour péter (MONTHERL., Pte Inf. Castille, 1929, p. 591). Le patron (...) rêvait aux moyens de faire relier en peau de fesse de femme certain livre érotique dont il examinait les gravures d'un regard luisant, avec un sénile tremblotement du chef (AYMÉ, Travelingue, 1941, p. 47) :
1. ... la jambe lestement pliée sous elle, ce qui fait que la fesse ne pose pas; cette lourde partie de la femme devient gracieuse en se détachant et se laissant caresser de l'œil dans sa rondeur.
MICHELET, Journal, 1842, p. 459.
SYNT. Fesses charmantes, flasques, gentilles, larges, mignonnes, molles, nues, pointues, velues; fesse droite, gauche; convexité, muscles, naissance, raie des fesses; appliquer, donner une claque sur les fesses; botter les fesses de qqn; flanquer, mettre son pied aux, dans les fesses; pincer, piquer, serrer les fesses; à (grands) coups de botte, de pied dans les fesses.
P. méton. Partie du vêtement correspondant aux fesses. Des pantalons (...) percés aux fesses (GIRAUDOUX, Folle, 1944, I, p. 44).
b) Loc. fam. et vulg.
Rem. Dans la plupart des loc. fesses (au plur.) est une var. atténuée de cul.
Botter, cirer, frotter les fesses de qqn; donner sur les fesses. Corriger, battre, fesser quelqu'un; menacer d'une correction. Il serait heureux de la voir battre. — Si j'étais toi, dit-il à son gendre, je lui tannerais les fesses (GIONO, Colline, 1929, p. 19). — Si tu rentres chez le père sans ton compte de galoches, gare à tes fesses! (BERNANOS, Mouchette, 1937, p. 1273).
Se claquer, se taper (sur) la/les fesse(s). Synon. se claquer, se taper (sur) les cuisses. L'autre, qui s'était mis debout, se donna une claque sur la fesse, en criant : — Ah! tu sais, baise cadet!... Garçon, deux litres de vieille! (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 458). Non, je ne suis pas fin, oh! je le sais bien... Mais quand je lâche un gros calembour en me claquant la fesse, je fais gicler de la vie (AYMÉ, Brûlebois, 1926, p. 84).
[Indiquant une position; la direction de qqn, qqc. par rapport à une pers.]
Envoyer qqn fesses par(-)dessus tête. Renverser, culbuter quelqu'un par un choc brutal. Synon. cul par(-) dessus tête. « Père l'antique », ayant accroché par le cou l'autre godelureau (...), l'envoya fesses par-dessus tête demander au plancher des vaches si le « balayeur des fanfarons » avait encore, quoiqu'il grisonnât, du poil quelque part! (CLADEL, Ompdrailles, 1879, p. 59).
Poser ses fesses. S'asseoir. Il entra dans une fureur dangereuse. (...) on avait tout chauffé, sans y en laisser... à lui... lui qu'avait fricoté, et pas encore posé ses fesses! (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 40).
Avoir (qqn, qqc.) aux fesses. Par derrière, dans le dos. Synon. avoir (qqn, qqc.) au cul. On est fin prêt pour barrer. Même qu'on a le zef aux fesses (ESN. Poilu 1919, p. 237). Être recherché, poursuivi. Avoir, foutre la police aux fesses (de qqn). L'aurait tôt fait (...) d'fair si belle escandale equ' j'aurais quasiment toute la paroisse aux fesses (MARTIN DU G., Gonfle, 1928, I, 7, p. 1196).
[Indiquant un état, une posture qui résulte d'un sentiment de crainte, de malaise, de gêne]
Serrer les fesses; avoir les fesses qui jouent du tambour, des castagnettes, qui crient bravo. Avoir peur. À cette voix enrouée, Gervaise s'éveilla comme d'un cauchemar (...) le trac lui serra les fesses (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 688).
Être assis sur une fesse. Être dans une position inconfortable (tant moralement que physiquement). Dans l'antichambre (...) les deux visiteurs n'attendirent guère. Assis sur une fesse ils n'en menaient pas large (ARNOUX, Crimes innoc., 1952, p. 292).
Ne pas savoir sur quelle fesse s'asseoir. L'autre tourne sa casquette comme une chique et ne sait sur quelle fesse s'asseoir (GONCOURT, Journal, 1857, p. 369).
Au fig.
) [Indiquant un comportement, une manière d'agir]
N'y aller que d'une fesse. Agir mollement, sans entrain, sans s'engager complètement. Ils ne vont à la tranchée que d'une fesse (ESPARBÈS, Chevauchée Gd S., 1937, p. 105) :
2. Rosso n'a-t-il pas eu honte d'exhiber aux rieurs la honte de sa pauvre mère (...). Tandis qu'elle monte sur son fils ridiculement et d'une fesse (le proverbe existait déjà), tandis qu'il vous la fait voir par le côté triste et grotesque, il la rend infiniment touchante par l'expression.
MICHELET, Journal, 1857, p. 366.
Avoir le feu aux fesses. Être pressé, agir rapidement; courir très vite. Synon. avoir le feu au cul. Me voilà donc en train de courser le gamin qui avait bien cent mètres d'avance sur moi, et le feu aux fesses par-dessus le marché (AYMÉ, Jument, 1933, p. 57).
Y a pas à tortiller (du cul et) des fesses. À chercher des détours, à hésiter. Synon. tourner autour du pot. S'il avait été tué, on lui aurait trouvé son corps, on l'aurait eu vu d'l'observatoire. Y a pas à tortiller du cul et des fesses (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 255).
) [Indiquant un sentiment]
♦ [Pour témoigner sa satisfaction, sa joie] Se taper les fesses par terre. Synon. se taper le derrière, le cul par terre. La joie était à son comble. On se tenait les côtes. On se tapait les fesses contre terre (MARAN, Batouala, 1921, p. 48).
Avoir chaud aux fesses. ,,Avoir une chaude alarme`` (LITTRÉ, ROB.).
♦ [Pour énoncer un jugement de valeur par rapport à qqn, qqc.] Se battre les fesses d'une chose. S'en moquer. Va, je m'en bats les fesses, et n'en fais pas le fin (LARCHEY, Excentr. lang., 1862, p. 145).
De mes fesses. De peu de valeur. Synon. de mon cul, de mes deux. C'est — y q' t'es bête ou q' tu t'affaisses, sacré journaliste d'mes fesses? (BRUANT Suppl. 1905, p. 437). On en est à se traiter de cafard, de saloperie volante, de con bénit, (...) de fumier de lapin et de républicain de mes fesses (AYMÉ, Jument, 1933, p. 101).
♦ [Pour indiquer le mépris, l'exaspération, l'irritation] Je vous crache aux fesses. Synon. je vous pisse au cul, à la raie. Vous avez parlé? Salaud! F... — Charogne! La Gouvernante. — Je vous signalerai. F... — Je vous crache aux fesses (AUDIBERTI, Mal court, 1947, III, p. 187).
Mes fesses (!). Synon. mon cul (!). Mes fesses, répondit Dominique qui paraissait excédé (AYMÉ, Puits, 1932, p. 167).
♦ [Interjection servant à marquer un sentiment] Mille fesses. Dans ce temps-là, mille fesses, il y avait des femmes et des uniformes d'officier! (AYMÉ, Brûlebois, 1926, p. 26).
♦ [Avec l'idée de renvoi; pour remettre qqn à sa place] Occupe-toi de tes fesses. Synon. mêle-toi, occupe-toi de tes affaires, de ce qui te regarde. Il eût été préférable que toutes ces grognasses s'occupassent de leurs fesses et que les types fissent, en passant, un peu de gringue à Ivich, pas trop : juste assez pour qu'elle se sente jolie (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 57). [Mado à son amant :] T'es tout drôle. Pourquoi qu'tu prépares tes valises?... — Ta gueule!... Occupe-toi d'tes fesses (LE BRETON, Rififi, 1953, p. 200).
2. Fréq. dans des loc. Anus. Synon. trou du cul. Si tu te crois plus malin que moi, tu n'as qu'à acheter toi-même. Ou alors gardes tes billets pour te torcher les fesses (AYMÉ, Uranus, 1948, p. 183).
Il n'y a pas plus de (qqn ou qqc.) que de beurre aux fesses. Synon. que de beurre au cul :
3. — L'armistice, dit Guiccioli, qui riait toujours.
Pinette s'illumina.
— C'était de la colle?
— Un peu! (...) Il y a Lequier qui est venu nous faire chier : il voulait des nouvelles, on lui en a donné.
— Alors, dit Pinette (...), pas d'armistice?
— Pas plus d'armistice que de beurre aux fesses.
SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 78.
En avoir plein les fesses. ,,Être fatigué, las`` (ROB.). Synon. en avoir plein le cul, le dos.
3. [Avec une connotation sexuelle; en insistant sur le caractère érogène et sur l'attraction sexuelle liés à cette partie du corps humain] Le sexe, les activités sexuelles. Chacun sa nature, n'est-ce pas. Toi, c'est d'être la grosse paysanne, avec les fesses qui te mènent le caractère (AYMÉ, Vouivre, 1943, p. 163) :
4. C'était plein de branleuses notre pourtour... tout des traînardes à vingt ronds... (...). Elles me connaissaient bien à force (...). Je les faisais monter dans le burlingue au moment des rafles (...). On s'est fait des drôles de suçages dans le « coin du commanditaire »... Moi, j'avais droit à toute la fesse... entièrement à l'œil...
CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 469.
♦ [P. allus. littér. Il disoit qu'il n'y avoit qu'un antistrophe entre femme folle à la messe et femme molle à la fesse (RABELAIS, Pantagruel, XVI)] On voit toujours le Vésuve sous leur jupon. Erreur! L'Italienne se rapproche de l'Orientale et est molle à la fesse, « folle à la messe », comme eût dit ce vieux Rabelais (FLAUB., Corresp., 1852, p. 456).
Affaire, histoire de fesses. Affaire, histoire d'amour physique; pornographique (d'apr. Lexis 1975). Synon. histoire de cuisse, de cul.
Peloter les fesses, pincer les fesses. Synonyme de mettre la main au cul. Ça n'empêche sûrement pas les femmes des poilus boches de manger tranquillement leur choucroute ni de se faire pincer les fesses par les embusqués (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 125). S'il fallait faire attention à tous les voyageurs qui vous pelotent les fesses ou essayent de vous glisser un rancart (QUENEAU, Loin Rueil, 1944, p. 76).
4. P. méton. [Désignant une pers.; souvent avec un déterminant qui précise la caractéristique ou la valeur symbolique de la pers.]
a) Femme. I' déch'son fric avec des fesses (BRUANT Suppl. 1905, p. 282).
Y a de la fesse. Il y a des femmes (considérées comme des partenaires sexuelles possibles). Une ouvrière passe et nous regarde. Volpatte me donne un coup de coude, l'avale des yeux, le cou tendu, puis me montre plus loin deux autres femmes qui s'approchent; et, l'œil luisant, il constate que la ville abonde en élément féminin : — Mon vieux, il y a d'la fesse! (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 323). Tâchez de radiner par ici. Dis aux copains qu'il y a de la fesse et que tous les soirs je joue de la mandoline avec une jolie marraine de guerre (CENDRARS, Main coupée, 1946, p. 9).
b) [Entrant dans la formation de dénominations ou appellatifs] — Quelle grue! s'écria-t-il, en redevenant grossier. Je vas t'asseoir sur ton panier aux crottes, tu sais, madame Belles-fesses! (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 815). Lina R... connue dans un certain milieu sous le nom suggestif de Nana-les-grosses fesses (AYMÉ, Travelingue, 1941, p. 258).
c) [En guise de désignation injurieuse] Personne méprisable, de peu d'intérêt. Vieille fesse; fesse de rat; face de fesse; peau de fesse. Le substitut. — Pied-plat! flaire-fesse!... Non, mais qu'il l'ait jamais, ma place!... (...) Je lui ferai savoir comment je m'appelle (COURTELINE, Client sér., 1897, 1, p. 9). — Jague! Hé, remonte un peu les châsses! — Ferme-la, dis, fesse d'huître! Ces messieurs se croient obligés de dominer les drames moraux de la conscience humaine (...) par l'engueulade courte et ciselée (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p. 135).
Vx. Fesse-cahier. ,,Copiste qui gagne sa vie à faire des écritures`` (LITTRÉ; cf. également Ac. 1798, 1835).
B.— [Désignant une partie du corps chez certains animaux] Région du membre postérieur qui s'étend depuis l'origine de la queue jusqu'à la naissance de la corde du jarret. Fesse(s) de singe, de truie, de vache; angle, pointe de la fesse. Le cheval blanc allait toujours, allongeant la tête, et la queue droite, une petite queue de rat sans poil dont il se battait les fesses de temps en temps (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Mais. Tellier, 1881, p. 1188). Debout, elle [la chienne] est pareille — large du rein, bien pourvue en fesse, le poitrail en portique — à un minuscule cob bai (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p. 217).
Rem. 1. Ac. gastr. signale ,,dans la langue actuelle, on n'emploie plus guère le mot fesse. On dit culotte et, pour le veau seul quasi ou cul qui est le terme exact``. 2. BESCH. 1845 signale ,,Art culin. et bouch. La fesse du bœuf se nomme cimier, celle du mouton gigot, celle du porc jambon``.
C.— [P. anal. de forme] MAR., au plur. ,,Parties arrondies de la voûte d'un navire qui forment la transition de la voûte à la muraille`` (GRUSS 1952). Les fesses noires de la grosse barque immobile (CLAUDEL, Part. midi, 1949, I, p. 1099).
REM. Fesse-lièvre, subst. masc. Synon. pop. de gentilhomme à lièvre (v. gentilhomme A 1). L'orateur ecclésiastique pour qui les moindres fesses-lièvres sont ducs et pairs (LA VARENDE, Gentilsh., 1948, p. 180).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. fèces. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 (Courtois d'Arras, éd. E. Faral, 491); 2. 1736 mar. (AUBIN). Du lat. vulg. fissa, d'une part « anus, cul », d'autre part « fesses » plur. neutre, pris comme fém., de fissum « fente » (part. passé subst. de findere « fendre »), cf. aussi les correspondants rom. (REW3, n° 3329); a évincé l'a. fr. nache, nage attesté du XIIe au XVIe s. (T.-L., GDF.) du lat. vulg. natica, class. natis, plur. nates « fesses »; v. FEW t. 4 p. 582a. Fréq. abs. littér. :486. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 154, b) 325; XXe s. : a) 918, b) 1 208. Bbg. CHAUTARD (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 69. — LA LANDELLE (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 201.

fesse [fɛs] n. f.
ÉTYM. 1360; du lat. pop. fissa « fente », p. p. de findere « fendre », substantivé au fém.; a remplacé nache.
1 Éminence charnue correspondant à l'un des deux massifs musculo-adipeux proéminents à la partie postérieure du bassin et limitant le tronc en arrière et en bas, dans l'espèce humaine et chez les anthropoïdes ( Fessier). || Les fesses sont situées entre la crête de l'os iliaque et le haut de la cuisse (sillon fessier). || Muscles de la fesse : le grand, le moyen et le petit fessier, le pyramidal, l'obturateur interne et l'obturateur externe, les deux jumeaux et le carré crural. || Adiposité des fesses (stéatopygie, lipopygie). || Fesse droite, gauche.
1 (…) les fesses, qui sont les parties les plus inférieures du tronc, n'appartiennent qu'à l'espèce humaine : aucun des animaux quadrupèdes n'a de fesses; ce que l'on prend pour cette partie sont leurs cuisses.
Buffon, Hist. nat. de l'homme, in Œ., t. II, p. 62.
2 (Chez l'homme) la morphologie de la fesse est dominée par le relief des muscles fessiers. Chez la femme, au contraire, c'est la répartition harmonieuse du tissu graisseux qui commande l'esthétique de la fesse.
A. Binet, les Régions génitales de la femme, p. 55.
(Dans l'usage courant). || Une fesse. (argot et fam.) Demi-lune, meule, miche, mouille, noix. || Les fesses. Cul (cit. 3 et supra); croupe, derrière, fessier, postérieur; (argot et fam.) arrière-train, 4. baba, dargeot, derche, 1. fion, fouettard, joufflu, panier (8.), pétard, popotin, postère, 2. prose. || Avoir de belles fesses, de grosses fesses, de petites fesses. || Aphrodite aux belles fesses. Callipyge. || Fesses hautes, basses.Blessure à la fesse. || Pincer, mordre les fesses de qqn. || Tape, claque sur les fesses.
3 Nous avions un imam très pieux (qui leur) persuada de ne pas nous tuer tout à fait. Coupez, dit-il, seulement une fesse à chacune de ces dames, vous ferez très bonne chère; s'il faut y revenir, vous en aurez encore autant dans quelques jours (…)
Voltaire, Candide, XII.
3.1 (…) les belles fesses, disait le comte avec le ton de la plus cruelle ironie et touchant ces objets avec brutalité, les superbes chairs (…)
Sade, Justine…, t. I, p. 96.
(Syntagmes). || La raie des fesses (sillon fessier).La peau des fesses (→ ci-dessous loc. fig.).
Loc. Fesses en gouttes d'huile, fesses « en strapontin » (dans certaines ethnies africaines : Hottentots…).Par exagér. || Il, elle n'a pas de fesses : il, elle a les fesses petites, peu développées.Allus. littér. (contrepèterie). || « Femme folle à la messe et femme molle à la fesse » (Rabelais, Pantagruel, XVI).
Loc. où fesses est en général employé en concurrence avec derrière et surtout cul :
(Contexte du coup). || Donner une claque, une tape sur les fesses à qqn. || Série de coups sur les fesses. Fessade, fessée.Coup de pied aux fesses, dans les fesses. || Mettre, appliquer, flanquer (à qqn) son pied aux fesses.À grands coups de pieds aux (dans les) fesses (fig., avec énergie, pour expulser, etc.). — ☑ Botter (cit. 2) les fesses à qqn, de qqn.Vieilli. Donner sur les fesses : fesser.Cirer, frotter, tanner les fesses à qqn, à un enfant (même sens).
Gare à tes fesses ! (menace de fessée). — ☑ Se claquer sur la, sur les fesses, se taper sur les fesses (en signe d'hilarité, etc.). — ☑ Fig. Se taper les fesses par terre (en signe de joie). — ☑ Vx. Se battre les fesses de qqn, s'en moquer. Œil.
(Positions).Poser ses fesses : s'asseoir, se reposer. || Poser une fesse sur un coin de table. || Allez, pose tes fesses !Être assis sur une (seule) fesse, sur le bout des fesses, inconfortablement, par gêne, etc.Ne s'asseoir que d'une fesse : ne pas s'attarder.Tomber sur les fesses.Se retrouver sur les fesses : tomber assis. — ☑ Fig. Il en est resté sur les fesses, ahuri (→ Sur le cul). — ☑ Rare. || Fesses par dessus tête (Claudel, in T. L. F.). Cul.
3.2 L'autre tourne sa casquette comme une chique et ne sait sur quelle fesse s'asseoir.
Ed. et J. de Goncourt, Journal, p. 369 (1857), in T. L. F.
4 De fait, il se contenta, en allumant une cigarette, de poser une fesse sur le coin de la table.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XXV, p. 237.
(Mouvements).Pousser ses fesses : se pousser, lorsqu'on est assis. || Pousse tes grosses fesses ! || Tortiller des fesses.Loc. Y a pas à tortiller (du cul et) des fesses, à hésiter. — ☑ Gare tes fesses ! : pousse-toi.
Loc. fig. (Vx). N'y aller que d'une fesse : agir mollement, ne pas s'engager.
Serrer les fesses (de peur).Loc. argotique. Avoir les fesses qui jouent des castagnettes, qui font bravo : trembler de peur.
5 J'ai serré les fesses. Je ne dis pas seulement pour l'expression. Je les ai serrées vraiment. C'était la première fois qu'elle me menaçait de se jeter dans la Seine.
É. Ajar (R. Gary), l'Angoisse du roi Salomon, p. 224.
Montrer ses fesses : se dévêtir complètement (les fesses, comme le cul, symbolisent les « parties honteuses »).Spécialt. || Elle montre ses fesses dans un cabaret de Pigalle, elle s'y exhibe nue.
Se torcher les fesses. Cul.
Aux fesses.Avoir qqn aux fesses, derrière soi (avec l'idée de poursuite). || Il avait les flics aux fesses. — ☑ Loc. Avoir le feu aux fesses : être pressé ( Cul). — ☑ Avoir chaud aux fesses : avoir peur d'un danger pressant.
6 — Charogne ! Si tu pars te suicider, je gueule au secours par la fenêtre ! Je cavale derrière toi et je te mets toute la police aux fesses !
M. Aymé, Maison basse, p. 137.
(Dans des injures). || « Je vous crache aux fesses » (Audiberti, in T. L. F.).
REM. Dans plusieurs expressions (ex. : pousser ses fesses, ci-dessus), les fesses, comme le cul sont symbole de la personne elle-même. — ☑ S'occuper de ses fesses, de soi, de ses affaires (surtout à l'impératif, en injonction). || Occupe-toi de tes fesses et fous-nous la paix ! || Mêle-toi de tes fesses ! Oignons.
7 Mêlez-vous de vos fesses, msieu Turandot.
R. Queneau, Zazie dans le métro, Folio, p. 146.
La peau des fesses (avec des verbes comme coûter) : beaucoup d'argent. || Ça va vous coûter la peau des fesses. || Cette voiture, c'est la peau des fesses !
(Valeur dépréciative).De mes fesses : sans valeur. Syn. : de mon cul, de mes deux. || Va donc, flic de mes fesses !Mes fesses ! Syn. : mon cul ! || « Mes fesses, répondit Dominique qui paraissait excédé » (M. Aymé, in T. L. F.).
8 — Tais-toi.
— Tu ne devrais pas tout ramener à l'instant vécu.
— Intellectuel de mes fesses.
— Ça va mieux : des injures, alors que tout ici exige le silence et le respect.
Alain Bosquet, les Bonnes Intentions, p. 16.
Figure de fesses : grosse face ronde et joufflue.
(Avec la valeur de anus. → Cul).L'avoir dans les fesses. || « Il en a eu dans les fesses : il a fait quelque grosse perte » (Littré). — ☑ Vieilli. En avoir plein les fesses : être excédé ou très fatigué. → En avoir plein le cul, plein le dos.
(Dans un contexte sexuel). || Peloter les fesses à qqn. || Se faire pincer les fesses. Pince-fesses.
Les fesses, la fesse : la sexualité, l'amour physique. Cul. || Une affaire, une histoire de fesses. || Épargne-nous tes histoires de fesses ! || « Avoir droit à la fesse » (Céline), à des rapports sexuels. || C'est la fesse, les fesses qui le mènent.
Par métonymie (désignant une personne). a (Dans des dénominations). || Julot les grosses fesses.
b (Dans des injures). || Fesse de rat ! || « Fesse d'huître ! » (L.-P. Fargue, in T. L. F.).Va donc, vieille fesse !
c Loc. (avec une valeur sexuelle). De la fesse : des femmes, des partenaires sexuelles possibles.
9 (…) et, l'œil luisant, il constate que la ville abonde en élément féminin. — Mon vieux, il y a d'la fesse !
H. Barbusse, le Feu, t. II, II, XXII, p. 49.
d Argot vieilli. Femme. || « I'déch' (dépense) son fric avec des fesses » (Bruant).
2 Le haut de la cuisse, de part et d'autre de l'anus, chez certains mammifères (→ ci-dessus, cit. 1). || Cheval, vache qui se bat les fesses de sa queue. || Angle, pointe de la fesse. || Barre de fesses d'un cheval de trait.Fesse de bœuf (en boucherie). Cimier.
Spécialt, régional et vieilli (Canada). Jambon.
3 (1736). Mar. Partie arrondie de la voûte (d'un navire) formant la transition de la voûte à la muraille.
DÉR. Fesser, 1. fessier, 2. fessier, fessu.
COMP. Pince-fesses, tire-fesses.
HOM. Fèces.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • fesse — FESSE. subst. fem. La partie charnuë de derriere de l homme & de quelques animaux à quatre pieds, entre la hanche & la cuisse. La fesse d un homme. donner sur la fesse. donner sur les fesses. la fesse d un cheval. On dit prov. & bass. d Un homme… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • fessé — fessé, ée (fè sé, sée) part. passé. Qui a reçu des coups sur les fesses. •   Candide fut fessé en cadence pendant qu on chantait, VOLT. Cand. 6 …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • fesse — (fĕs) n. Heraldry Variant of fess1. * * * …   Universalium

  • fessé — Fessé, [fess]ée. part …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Fesse — Le terme de fesse, dérivé du bas latin fissa : la fente ou la fissure, employé pour le sillon ou raie s est déplacé sur les parties de la croupe, passant ainsi au pluriel et désignant alors les deux lobes charnus du corps humain situés en… …   Wikipédia en Français

  • fesse — (fè s ) s. f. 1°   Chacune des deux parties charnues du derrière de l homme et du singe. •   Mais, ne se fiant pas tout à fait à la prière, il [le père Canaye] s éloignait insensiblement du maréchal [qui tenait un couteau levé sur lui] par un… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • fesse — n.f. Femme, élément féminin : Y a de la fesse ici, ce soir. / Érotisme, pornographie : Un journal de fesse, un livre de fesse. Pain de fesse, argent rapporté par la prostitution, ou par le commerce de la pornographie. (V. cul). / Serrer les… …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • FESSE — s. f. Chacune des deux parties charnues qui forment le derrière de l homme et de quelques animaux quadrupèdes. La fesse, les fesses d un homme. Donner sur la esse, sur les fesses. Serrer les fesses. La esse d un cheval. Les fesses d un singe.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Fesse — Fess Fess, Fesse Fesse, n. [OF. fesse, faisse, F. fasce, fr. L. fascia band. See {Fascia}.] (Her.) A band drawn horizontally across the center of an escutcheon, and containing in breadth the third part of it; one of the nine honorable ordinaries …   The Collaborative International Dictionary of English

  • FESSE — n. f. Chacune des deux parties charnues qui forment le derrière de l’homme et de quelques animaux quadrupèdes. Fig. et pop., N’y aller que d’une fesse, Agir mollement dans quelque affaire, n’agir qu’à moitié. Il n’y va que d’une fesse. En termes… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.